Le pique-nique annuel 2010 de l’association s’est déroulé le 26 septembre 2010 dans le cadre bucolique de Moulin Sec à La Roche-sur-Yon. Le soleil et la bonne humeur étaient au rendez-vous, nous aurions cependant aimé être plus nombreux … rendez-vous l’année prochaine !

Plus de photos

Depuis déjà plusieurs années, en France, dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale, des associations pour la solidarité et l'ouverture culturelle, des établissements scolaires, des maisons de quartier, agissent ensemble pour proposer un programme d'animation au public.

Espéranto-Vendée y a pris part dès le début, en 2004, à La Roche-sur-Yon. Parmi ses invités, il y a eu François Picard, fondateur de Culture-Aventure, qui a beaucoup voyagé à vélo, surtout à travers l'Asie, dont le site avait eu, une fois, en 2004, une traduction en espéranto à l'occasion de son voyage Odessa-Tachkent à vélo; Zéphirin Jégard (Zef), qui s'est consacré à deux passions dès qu'il a été en retraite : le vélo et l'espéranto, et qui a voyagé à travers plusieurs continents et surtout de Brest à Vladivostok; et Daniel Durand, qui joue un grand rôle dans le milieu des Citoyens du Monde et dans l'organisation Monda Solidareco kontraŭ Malsato (Solidarité Mondiale contre la Faim) dont la principale langue de travail est l'espéranto. Cette année, Espéranto-Vendée n'a participé qu'à l'exposition et l'information, par un stand, avec plusieurs autres associations.

Thème : Le monde bouge... Et vous ?

Par rapport aux années précédentes, les contacts et les échanges ont été non seulement très sympathiques mais aussi beaucoup plus favorables à l'espéranto. Les semences ne se perdent pas toutes... Peu à peu, il apparaît une compréhension du fait qu'il y a quelque chose de profondément injuste lorsqu'une langue NATIONALE, quelle qu'elle soit, joue le rôle de langue INTERNATIONALE. Il s'agit d'un jeu de dupes, d'une mystification. Le public était naturellement jeune, car cette exposition a eu lieu au pôle universitaire de La Roche-sur-Yon, lié à l'Université de Nantes. La seule attitude de résignation, par rapport à la situation dominante de l'anglais, a été le fait d'un participant âgé. La situation commencerait-elle à se renverser ? Le jour approche-t-il où il n'y aura que les vieux pour croire religieusement en l'anglais ?  :-) ... Plusieurs étudiants se sont exprimés en faveur de l'enseignement et de l'utilisation de l'espéranto dans la vie internationale.

Il y a eu quelques manques de notre part du fait d'une préparation insuffisante. J'ai moi-même préparé quelques affichettes A4 le matin même, durant deux heures, un peu trop rapidement, à des fins d'adaptation à des panneaux pour cette circonstance. Ces panneaux ont déjà été utilisés, cette années, à l'occasion du centenaire de l'espéranto aux Sables d'Olonne et du tour de France de Marc Pleysier en vélo couché à La Faute-sur-Mer sur le thème de l'application professionnelle de l'espéranto. L'idée d'affichettes adaptée à cette circonstance spéciale, utilisables pour les prochaines années aussi, s'est précisée. Elles peuvent être vues en section "Album" (Afiŝbanko) de mon blog sur le thème de la Solidarité sans frontières.

Une autre idée, qu'a déjà utilisé Patrice Joly lors du festival des enfants "Enfantaisies", à Brétignolles-sur-Mer, est apparue vraiment très efficace pour permettre le dialogue avec les visiteurs. Il s'agit de petites feuilles de papier à peu près en format carte postale A6 (quart de feuille A4, 148x105 mm). Sur chaque feuille apparaissent dix mots en espéranto, avec leur traduction en bas, dans le désordre. Parmi ces mots, la plupart sont relativement faciles à comprendre pour un francophone. Il suffit de proposer une fiche à chaque visiteur et d'annoncer qu'il est possible de gagner des petits lots. Sur les fiches distribuées, 18 sont revenues et presque toutes étaient sans erreur ou avec une erreur si peu grave que tous ont reçu un lot. Le lot consistait en un DVD "Esperanto - Elektronike" qui est déjà un peu ancien et qu'on doit de ce fait plutôt donner qu'abandonner dans des oubliettes. La seule vraie limite de cette méthode est dans la quantité d'objets, de préférence pas trop coûteux, que l'on peu donner. Sur environ 45 visiteurs qui se sont intéressés à l'espéranto, environ 6-7 ont montré un intérêt pour son apprentissage. Peut-être avons-nous oublié quelque chose de plus et d'important : permettre aux visiteurs d'indiquer une adresse courriel (l'envoi postal est trop cher) afin de recevoir des informations sur l'espéranto à La Roche-sur-Yon, dans le département et dans le monde...

Photos sur la manifestation


Enfantaisies à Brétignolles sur Mer

Compte-Rendu

Taeko à l'école de Beaulieu sous la Roche, séance de pliage avec histoire originale japonaise... En espéranto !

 

A LANDERONDE avec les enfants de l'école publique

Invitations à ceux qui sont disponibles.

Jeudi soir 14 mai, 19h30, café des Arts de Beaulieu sous la Roche : un restaurant atypique, avec une cuisine fine et surprenante, des restaurateurs d'une gentillesse qu'on n'oublie pas, et par dessus tout, un cadre à faire rêver : exposition pour deux mois de portraits magnifiques.

Cette année encore, les écoles ont redoublé d'imagination autour de ce thème porteur "Comment ça va la terre ?".
Le public a répondu présent et l'association a eu de nombreuses rencontres très intéressantes.
A cette occasion, le partenariat de l'école de Beaulieu sous la Roche avec le Japon été mis en avant.

Retour sur l'événement avec quelques images :

Le stand

 

Le panneau Japon

Le samedi 7 mars, au Cybercentre de La Roche-sur-Yon, une vingtaine d'adhérents de l'association Espéranto-Vendée ont participé pour la première fois à une expérience consistant à mettre en relation, par la technique audio-visuelle Skype, des élèves de l'association avec des espérantophones du Japon, de Chine et du Brésil. Le fait que l'un des responsables du Cybercentre de la Roche-sur-Yon se soit intéressé à l'espéranto voici plus ou moins dix ans à l'occasion d'une réunion d'information d'Espéranto-Vendée a facilité cela. Son aide a été précieuse et a contribué à ce succès.
Les premiers interlocuteurs ont été Mme Miwa GOTO, d'une ville proche d'Osaka, Japon, et son amie Mineko JOŜIKAŬA   Le suivant a été An DEŜUN,(visible sur Foto-albumo), président des associations d'espéranto de Pékin. Le dialogue a été sympathique et même teinté d'humour avec An DEŜUN. 

 
Cette première expérience a enthousiasmé et stimulé les participants.
Il est souhaitable que de telles expériences se multiplient. Elles permettent à tous les élèves de longs voyages virtuels à travers le monde et contribuent à renforcer leur conviction sur la valeur, l'intérêt et l'utilité de l'espéranto. Un contact trop tardif avec des pays anglophones, dans le but de montrer que l'espéranto est utilisable là-aussi, n'a pas permis un échange supplémentaire. Le décalage horaire (plus 8 et 7 heures avec, respectivement, le Japon et la Chine; moins 5 ou 4 heures suivant la saison avec le Brésil) peut poser un problème. Pour un échange futur du même genre, cette fois panaméricain, les propositions de pays hispanophones, lusophones et anglophones de tout ce continent seront bienvenues.

Un diaporama a été réalisé par les membres de l'association en version bilingue